La vie de Mère Teresa

Sa vie

Née le 26 août 1910, à SKOPJE (En Albanie. Aujourd’hui en Macédoine, au nord de la Grèce) dans une famille catholique, elle est baptisée et s’appelle Gonxha Agnès BOJAXHIU.

Elle fait sa première communion à l’âge de 6 ans puis est confirmée. Elle commence alors une vie de prière où elle parle à Jésus dans son cœur. Cela la remplit de joie. Elle vit une épreuve douloureuse en perdant son père quand elle n’a que 8 ans.

En 1928, à 18 ans, elle décide de devenir religieuse afin de donner toute sa vie à Jésus. Elle désire devenir missionnaire pour annoncer la Bonne Nouvelle à ceux qui ne connaissent pas la joie d’être chrétien.

 

Après un court séjour en Irlande dans la congrégation missionnaire des Sœurs de Notre-Dame de Lorette où elle est entrée, elle est envoyée en Inde où elle suit une formation religieuse. Après quelques années, elle devient Sœur Teresa et enseigne l’histoire-géographie dans une école pour jeunes filles de bonnes familles indiennes à Calcutta.

En 1946, alors qu’elle est religieuse depuis 18 ans (elle a promis à Jésus de ne rien lui refuser et de toujours faire Sa Volonté en lui donnant toute sa vie, chaque jour un peu plus), elle reçoit, dans sa prière, un appel de Jésus à tout quitter pour servir les plus pauvres des pauvres dans la rue.

Jésus lui demande d’être sa lumière d’amour, de joie et de paix auprès des plus petits, des malades, des plus abandonnés, des plus pauvres.

 

En 1948, après l’accord de ses supérieurs, elle commence sa mission dans la rue alors qu’elle est toute seule, sans argent et sans aucune aide. Petit à petit, des anciennes élèves viennent la rejoindre et elle reçoit le soutien de quelques personnes (une maison pour les pauvres, etc.). Elle commence à s’occuper des enfants des rues, puis des malades et des mourants.

En 1950, Mère Teresa fonde une communauté religieuse : les Missionnaires de la Charité afin de s’occuper des pauvres comme Jésus le lui a demandé dans la prière. Il y a de plus en plus de jeunes filles qui la rejoignent pour vivre la même vie qu’elle : prière, service des pauvres, vie en communauté.

En 1979, Mère Teresa reçoit le prix Nobel de la Paix. Elle fonde des maisons partout dans le monde pour que ses sœurs s’occupent des malades, des victimes du Sida, de ceux qui sont abandonnés, des drogués, etc. Les sœurs sont aujourd’hui plus de 5000 dans plus de 120 pays !

Elle fonde aussi des communautés pour des frères et pour des prêtres qui veulent vivre la même vie de service et d’amour dans la joie.

Le 5 septembre 1997, à l’âge de 87 ans, Mère Teresa meurt. Elle repose à Calcutta.

Mère Teresa a été béatifiée le 19 octobre 2003, à Rome par le pape St Jean-Paul II et a été canonisée le 4 septembre 2016 par le pape François.

La fête de Sainte Mère Teresa est célébrée par l’Eglise le 5 septembre, jour anniversaire de sa montée au Ciel.

 

SES PAROLES

 

« Aujourd’hui la plus grande pauvreté, c’est de ne pas être aimé ».

« Nous avons le sentiment que ce que nous faisons n’est qu’une goutte d’eau dans l’océan. Mais l’océan ne serait pas ce qu’il est sans cette goutte d’eau ».

« Ne croyez pas que l’amour, pour être véritable, doit être extraordinaire. Nous avons besoin d’aimer sans jamais se fatiguer ».

« Chaque fois que vous souriez à quelqu’un, c’est un acte d’amour, un cadeau à une personne, une chose merveilleuse ».

« Je ne prie pas pour le succès mais pour la fidélité ».

« À la fin de nos jours, nous ne serons pas jugés selon le nombre de diplômes reçus, l’argent que nous aurons accumulé ou les réalisations à notre actif. Nous serons jugés par notre réponse à cette parole de Jésus : « J’avais faim et vous m’avez nourri. J’étais nu et vous m’avez vêtu. J’étais sans abri et vous m’avez accueilli… Tout ce que vous avez fait à l’un de ces plus petits qui sont mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait ».